Ce texte est extrait du site www.editions-humanis.com

Écrire pour soi ?

Quelle est la place que notre futur lecteur doit occuper dans nos préoccupations d’écrivain ?

Sommaire
de cette page :

Un vieux malentendu

« Faut-il écrire pour soi pour les autres » est un vieux débat qui véhicule beaucoup de malentendus. Essayons d’y voir clair :

La synthèse de ces trois propositions donne : écrire, c’est s’offrir généreusement à l’autre, sans retenue, sans fausse pudeur, et en se demandant comment être intelligible. Le fait d’ignorer ou de négliger cette vision des choses amène à au moins deux sortes d’excès inverses :

« Les grands écrivains ne sont pas ceux qui ont pleuré toute leur vie ; ce sont ceux qui nous font pleurer en les lisant. Pour intéresser un lecteur, ne lui parlez pas de vous ; parlez-lui de lui-même. »

Yves Meynard

L’auteur qui prétend ne pas écrire pour lui, mais seulement pour les autres se place au niveau d’un surhomme. Nous écrivons d’abord pour nous, et c’est sans doute une bonne chose que d’en être conscient si l’on cherche à être sincère. La question est ensuite de savoir si l’on écrit surtout pour nous.

Quelle est notre intention ?

Car si l’on accepte l’idée que le « livre est un cadeau » que l’on offre aux lecteurs, alors, c’est l’intention qui compte, et l’écrivain qui travaille essentiellement pour son intérêt personnel (qu’il soit financier ou de toute autre nature) est un escroc. Qu’il le soit consciemment ou non (qu’il en soit seulement responsable ou franchement coupable) ne change rien à l’affaire. Et le fait qu’il existe des escrocs brillants et pleins de charme, dans les rets desquels nous courons nous jeter avec délice (mais sans être dupe), n’y change rien non plus.

L’écrit nombriliste

« La vie de la plupart des gens est sans intérêt.
Si vous tenez vraiment à raconter votre vie, faites-le dans un bar, très tard dans la nuit, si le barman est assez aimable pour vous écouter.
Et n’oubliez pas de consommer pour le payer de sa peine. »

Stephen King

Ce type d’écriture se traduit par des longueurs incompréhensibles aux yeux du lecteur.

L’auteur s’immerge dans des états d’âme qu’il lui faut explorer de bout en bout afin de les laisser faire leur travail en lui. Très bien. Mais chaque état d’âme est plus ou moins propre à la personne qui le fait naître et ne représente pas le même intérêt pour autrui. Ce qui a une charge émotive pour vous n’en a pas forcément pour le lecteur.

Par ailleurs, pour que le partage présente un intérêt, il ne suffit pas de décrire, il faut – dans l’idéal – avoir dépassé votre état d’âme, il faut être capable de le regarder avec recul.

Le partage, l’écriture, pose et impose la question du rythme. Elle oblige l’écrivain à développer une schizophrénie profonde, seule capable de lui permettre d’être à la fois totalement immergé dans son état d’âme, et en même temps extérieur à celui-ci. Il faut sans cesse juger de l’intérêt pour le lecteur lambda et du moment où il se détournera sans doute de ce que l’on décrit. Ce recul est extrêmement difficile à atteindre dans le cadre d’un texte plus ou moins autobiographique. Dans le même temps, ce type de sujet permet une sincérité qui est essentielle pour aboutir à un texte passionnant. Il n’est donc pas simple d’écrire.

C’est l’intention qui compte

« La seule motivation honorable me semble être : parce que l’acte d’écrire, de fabriquer un monde, de faire vivre des personnages est déjà une nécessité et un plaisir en soi. »

« Beaucoup de romanciers, surtout en France, font du joli pour le joli. Ils enfilent les phrases tarabiscotées avec des mots de vocabulaire qu’il faut chercher dans le dictionnaire comme on enfile des perles pour faire un collier. Cela fait juste un tas de jolies phrases. Pas un livre. »

Bernard Werber

Lorsqu’un écrit est parti d’une « mauvaise » intention, c’est-à-dire lorsqu’il a été conçu surtout pour l’auteur, que ce soit par nombrilisme ou dans un esprit d’escroquerie, il est construit sur de mauvaises bases. Dès lors, il est presque impossible d’en faire un « livre » au vrai sens du terme à moins de le soumettre à une réécrire très profonde. Si profonde, qu’en entreprendre la démarche n’a le plus souvent aucun sens. Quand les fondations d’une construction posent un problème, faut-il tenter de « réparer » ou faut-il se résoudre à reconstruire ?

La question n’est pas de savoir s’il faut écrire pour soi ou pour les autres. Il s’agit d’écrire pour soi (parce que ça n’a pas de sens autrement) et pour les autres.

Il ne s’agit pas de vouloir plaire, impressionner, surprendre, épater ni même faire plaisir, si nous en attendons un bénéfice personnel de quelque sorte qu’il soit. Car nous écririons alors pour nous-mêmes en prétendant écrire pour les autres. Voilà l’escroquerie littéraire.

Il s’agit d’écrire en éprouvant un plaisir si vif ou en répondant à un besoin si impérieux que nous n’ayons plus besoin d’en attendre la moindre contrepartie en provenance des lecteurs et dans le même temps d’avoir le désir d’offrir, sous la meilleure forme possible, le produit de son besoin/plaisir à ses lecteurs. D’offrir, pas de vendre.

Pensez à un livre que vous avez adoré et qui aura peut-être bouleversé votre vie. Serait-il juste de prétendre que la dizaine d’euros qu’il vous a coûtés correspondent à la valeur qu’il a eue pour vous ? L’émotion a-t-elle un prix ?

Lorsque nous parlons d’un « écrivain », au sens plein et noble du terme, nous parlons de quelqu’un qui nous a bouleversés et influencés.

Parmi ceux-là, combien de nombrilistes invétérés ? Combien cherchaient surtout à gagner de l’argent ou de la reconnaissance ?



À lire également :

Les bases


  • Les bases : Comment écrire une bonne histoire (et comment bien faire l’amour).
  • Histoire, intrigue, espoirs et peurs  : Qu’est-ce qui différencie l’histoire et l’intrigue ? Comment construire l’intrigue ?
  • Idées et fiction : La fiction a besoin d’idées, mais pas seulement…
  • Savoir couper : Il est essentiel de savoir gérer le sentiment de perte que représente la suppression d'une partie de texte.
  • Les personnages : Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Vos personnages sont-ils des imbéciles ?
  • Le voyage initiatique du héros : D'un certain point de vue, tous les romans nous parlent du passage de l'innocence à l'expérience.
  • Le public cible : Écrire, c’est communiquer. Votre langue est-elle adaptée à votre cible ?
  • Faites court ! : L’échec du premier roman est un processus parfaitement normal en littérature. Ne faites pas de cette étape une tragédie insurmontable !
  • Vive les bêta-lecteurs ! : Vous pouvez considérablement améliorer votre manuscrit en le faisant critiquer par vos connaissances.

Pour aller plus loin




Page précédente
Page suivante
Pour aller plus loin

Couverture livre Construire une histoire

En téléchargement gratuit

Le guide indispensable

des écrivains, scénaristes
et dramaturges

Lire la version PDF
Version EPub Version Kindle



 



Nouveau au catalogue :

Danval : Le forçat innocent
Michel Soulard & Louis Danval

Le Clan Clifford
Alix Geoffroy

Construire une histoire : Pour le cinéma, la littérature, le théâtre et le storytelling
Luc Deborde

Engene haö / La fleur de l'herbe
Ernest Unë

Le Secret de Kyn
Kévin Gallot

La morsure du requin
Mickael Panol & Amaury Esteban

Sur la Monique
Collectif dirigé par Isa Qala

La racine et l'horizon
Louis-José Barbançon

Une graine en terre kanak : Journal inédit (1843 – 1853) et correspondance de Mgr Douarre
Michel Soulard

Hommage à Daniel Poigoune
Hamid Mokaddem

Les aventures extraordinaires des naufragés de Drehu
Patrick Génin

Quand la coutume bombarde
Léopold Hnacipan

Le temps suspendu
Luc Deborde

Objets ordinaires, histoires insolites
Collectif & Rossana de Angelis

Lifou sous la pluie
Patrick Génin & Waej Génin-Juni & Nicolas Kurtovitch & Isa Qala & Saipö Saipö & Dick Samuel Ukeiwë




Meilleures ventes :

Le Clan Clifford
Alix Geoffroy

Construire une histoire : Pour le cinéma, la littérature, le théâtre et le storytelling
Luc Deborde

Le temps suspendu
Luc Deborde

Le pays du Non-Dit
Louis-José Barbançon

Le Secret de Kyn
Kévin Gallot

Quand la coutume bombarde
Léopold Hnacipan

Microfictions calédoniennes : 100 petits Cailloux
Évelyne André-Guidici & Luc Deborde & Firmin Mussard & Roland Rossero & Frédérique Viole

L'Empire du Dragon - Tome 1 : Les héritiers (version intégrale)
Alix Geoffroy

L'affaire Jennifer Leight : Texte intégral
Luc Deborde & Nicolas Kurtovitch

De séduction en séduction et autres nouvelles
Léopold Hnacipan

L'île maudite
Luc Deborde

Je suis d'ailleurs et autres nouvelles
Howard-Phillips Lovecraft & Luc Deborde (Traducteur)

À la recherche du temps perdu
Marcel Proust

Les meilleures histoires drôles
Petit Tamis

Éloge de la folie
Érasme

Le prophète
Khalil Gibran

Les vrais mystères de Paris
Vidocq

Prophéties
Nostradamus