Ce texte est extrait du site www.editions-humanis.com

Les personnages

Comment rendre ses personnages humains et intéressants. (Cette page concerne essentiellement l’écriture de romans.)

Êtes-vous suffisamment schizophrène pour écrire un livre ?

Vous êtes censé décrire des personnages crédibles et consistants, qui donneront l’illusion du « vrai » alors qu’ils sont purement imaginaires. Comment allez-vous procéder ?

Cette question est familière aux comédiens. Est-il possible de faire vivre des personnages qu’on ne porte pas - d’une façon ou d’une autre - en soi ? Bien entendu, on peut s’inspirer de personnes extérieures à soi : cela permet d’enrichir ses personnages d’innombrables détails, de leur attribuer des habitudes, des tics gestuels ou de langage, une façon particulière de s’habiller et même un comportement général. Mais comment être vraiment précis dans un portrait psychologique, si on n’y projette pas une part de soi-même (une part très sombre et très inavouable, dans certains cas) ?

De ce point de vue, l’écriture devient un exercice consistant à se développer des personnalités multiples que l’on fait interagir les unes avec (ou contre) les autres. L’expression « prêter vie à un personnage » est souvent citée pour le théâtre. Il me semble qu’elle s’applique également tout à fait à la littérature. Et quelle vie allez-vous « prêter » à vos personnages, si ce n’est la vôtre ?

Quand votre héroïne s’effondre en larmes dans les bras de son ami-protecteur, vous êtes à la fois l’ami-protecteur et l’héroïne. Il va donc falloir chercher au fond de vous un aspect fort, généreux et viril d’une part, et un aspect fragile et désespéré d’autre part. Il faudra vous connecter avec votre part masculine et avec votre part féminine. Et vous passerez de l’un à l’autre le temps d’écrire une réplique. Et comprenons-nous bien, même si vous avez, dans la réalité, un physique de déménageur, vous ne pourrez pas faire semblant d’être une fragile héroïne. Vous devrez l’être pour de bon, sans quoi votre personnage féminin ressemblera à un travelo.

À lire : l’article de theatrons sur la façon de « creuser » les personnages que nous portons en nous.

Ne jugez pas vos personnages

Si nous jugeons l’un de nos personnages (en bien ou en mal), nous ne pourrons pas éviter que ça se sente à des kilomètres. La trame de notre histoire aura toutes les chances d’apparaître aux yeux du lecteur. Pire encore : nous risquons de l’agacer en lui donnant le sentiment que voulons lui imposer notre morale ou notre façon de voir la vie.

Que nos personnages agissent « mal » ou « bien », nous devons observer la plus stricte neutralité dans la façon dont nous les présentons, eux et leurs actes. Ça n’est pas forcément facile quand on met en scène un serial-killer ou mère Térésa, mais c’est indispensable pour ne pas rater ses effets. Si la neutralité totale nous est difficile concernant les « méchants » de notre histoire, on peut essayer la compassion. Lisez l’Apologie du méchant pour vous y aider.

En rapprochant le contenu du présent chapitre avec celui du précédent, on obtient : le personnage est une projection de nous-mêmes, mais nous ne devons pas le juger. Pour surmonter ce défi, nous devrons nous débarrasser des jugements que nous portons sur nous-mêmes. En termes de psychanalyse, cela consiste à dire qu’il nous faut dépasser notre « surmoi », ce qui n’est pas exactement à la portée du premier venu, surtout pour les jeunes auteurs.

« À condition de les mettre en scène en faisant preuve d’un minimum d’imagination, la peur et l’espoir permettent de motiver n’importe quel comportement de façon crédible. »
 

Avant toute chose, essayez de creuser ce qui peut se trouver derrière un comportement constructif (celui du héros) ou un comportement destructeur (celui du « méchant »). On ne naît pas avec l’un ou l’autre de ces tempéraments. On les développe en fonction des peurs et des espoirs que l’on porte en soit, et en fonction de la façon dont on gère ces peurs et ces espoirs.

D’une manière générale, le héros et le anti-héros incarnent l’espoir, tandis que le méchant incarne la peur. En partant de ces bases, et en vous amusant à les tordre, vous parviendrez sans doute à éviter un traitement trop manichéiste de vos personnages.

Vos personnages ne doivent pas être des « fragments » d’humains

« Seul le cœur connaît la bonne réponse. Le cœur est intuitif, il est holistique, il est contextuel, il est relationnel (…) et prend toutes choses en compte. »

Deepak Chopra

Les auteurs débutants négligent souvent la complexité d’un être humain ordinaire. Vos personnages devront avoir le maximum de d’attributs réels pour avoir l’air vrais. Et pour commencer, ils devront avoir une histoire (un historique).

Pour chacun des personnages, le récit doit pouvoir être considéré comme une épreuve initiatique porteuse d’un sens obscur qui va bouleverser sa vie

Il n’est pas forcément utile de tout raconter au sujet de vos personnages, mais il est bon que ça soit imaginé. Leurs motivations inconscientes doivent être définies avec une précision méticuleuse pour que leurs actions/réactions soient cohérentes et crédibles.

« Utilisez la carotte et le bâton : votre héros est poursuivi par une obsession ou par le méchant et il poursuit lui-même un idéal, une personne, une réponse. »

Mickael Moorcock 

Un des moyens d’atteindre cet objectif consiste à réaliser des fiches descriptives. Ce travail a priori invisible apporte un énorme bénéfice : l’auteur conserve toujours une longueur d’avance par rapport à ses lecteurs : il connaît des détails qu’ils ignorent et cela se sentira d’une façon ou d’une autre. Le lecteur, constatant qu’on ne lui révèle pas tout, se retrouvera en position de défi.

Gardez cependant à l’esprit qu’il ne s’agit là que d’une méthode parmi d’autres. Certains auteurs n’utilisent pas de fiches écrites pour définir leurs personnages. Ils préfèrent leur donner l’opportunité de se définir et de se préciser par eux-mêmes, au fil du récit. C’est à vous de décider de ce qui vous convient. Si le système de la fiche rédigée vous aide, ne vous en privez pas ! Veillez seulement à faire preuve de souplesse dans son utilisation. La rigidité n’est pas l’amie de la créativité.

« J’ai tout d’abord pensé que la chose la plus importante était le talent. Je pense à présent que (…) ce qui importe est la capacité à prendre du recul. Il faut réfléchir et méditer sans cesse sur une seule question : pourquoi l’homme fait-il ce qu’il fait ? Si vous avez cette faculté, alors je ne pense pas que le fait d’avoir du talent ou non fasse la moindre différence. »

William Faulkner

Vous pouvez travailler sur les aspects suivants :

On peut aussi consulter cette liste de qualités et de défauts.

Le « cercle du moi » est une autre façon très pratique de définir un personnage et ses évolutions au fil du récit.

Et si vous êtes quelqu’un de visuel et que vous souhaitez vous faire une image précise de vos personnages, lisez les conseils tout à fait pertinents de Nicolas Kempf, et profitez-en pour explorer son site qui propose de nombreux conseils utiles !

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Vos personnages sont-ils des imbéciles ?

« Chaque personnage doit vouloir quelque chose, même si c’est un verre d’eau. »

Kurt Vonnegut 

Votre récit perdra tout intérêt s’il n’est par illustré par des personnages crédibles. Pour que des personnages aient l’air vivants, il faut qu’ils soient motivés par des pulsions qui leur appartiennent, ils ne peuvent être des instruments (faisant avancer l’histoire) ni des stéréotypes (destinés à nourrir vos fantasmes).

OK, il faut que John décide de braquer une banque pour démarrer votre roman policier. Mais comment John en arrive-t-il là ? S’est-il levé un beau matin en se disant : Allez, tiens ! Je vais me faire une banque, ça va me changer de mon boulot d’inspecteur du fisc. Si nous parlons d’une parodie, c’est parfait. Mais dans le cas d’un roman réaliste, c’est un peu léger…

« Assurez-vous qu’il n’y a pas de café dans le placard quand ils en ont le plus besoin. Donnez à vos personnages une vie. »

Conseil d’écriture de l’Agence Littéraire Laëns

Nos personnages doivent connaître les affres du doute pour être crédibles.

Cela est encore plus important pendant le cours du récit que lors de sa mise en place. Un bon récit ressemble à une mécanique bien huilée dans lequel tous les événements s’imbriquent à merveille, certes. Mais n’en faites pas trop ! Que le destin ou le hasard poussent l’action comme une force irrépressible est une chose. Que les personnages suivent comme des moutons en est une autre, qu’il faut éviter. Faites-les se battre, résister, hésiter et se tromper, comme cela nous arrive à tous dans la vraie vie.

Si les personnages ne sont pas traités avec respect, s’ils n’ont pas d’autonomie, s’ils n’ont pas droit à l’erreur, le lecteur ne les respectera pas non plus. Et si le lecteur ne respecte pas les personnages, il ne pourra pas les aimer. Par des signes si subtils qu’il est impossible de les analyser, l’amour et le respect que vous accorderez à vos personnages seront perçus par vos lecteurs et leur dicteront leurs sentiments.

 

Des héros avec des défauts et des méchants avec des qualités

Un dicton populaire affirme : Aimer vraiment quelqu’un, ce n’est pas aimer ses qualités, c’est aimer ses défauts.

Que penser d’un portrait d’héroïne qui ne parle que de ses « jambes longues et fuselées », de son « opulente chevelure bouclée » et de son « sourire angélique » ? Sans doute qu’il s’agit d’un fantasme et non d’une personne réelle. Le fantasme est conçu pour inspirer le désir, pas pour inspirer l’amour. Et que valent des héros et des héroïnes, s’ils ne sont pas capables d’inspirer l’amour ? Si l’auteur aime vraiment ses héros, il aime leurs défauts qu’il décrit avec tendresse et compassion.

A contrario, un méchant ne sera vraiment effrayant ou haïssable que si l’auteur lui accorde quelques solides qualités qui apporteront un peu d’humanité (et de crédibilité) à sa personnalité.

Comédie ou tragédie ?

« Soyez sadique. Peu importe à quel point vos personnages sont charmants et innocents ; faites en sorte que des choses terribles leur arrivent, afin de révéler au lecteur de quoi ils sont capables. »

Kurt Vonnegut 

Ce qui suit est une vision volontairement réductrice de ces deux genres. Elle a le mérite de poser de bonnes questions concernant l’écriture :

Les dernières décennies nous ont livré d’innombrables livres et films qui mélangent ces deux genres. Avant de commencer, il peut être très enrichissant de vous demander dans quel(s) registre(s) vous allez puisez, dans quelle mesure vous laissez vos personnages libres de leurs destins.

Puisque vous êtes l’auteur, vous êtes Dieu pour vos personnages (je suppose que ce parallèle vous était déjà venu à l’esprit). La réponse à cette question est donc essentielle parce qu’elle va vous permettre de déterminer le degré de liberté que vous accorderez à votre imagination et à vos créatures.

Quelle sorte de Dieu êtes-vous donc ?

 

À découvrir :

Comédie et tragédie dans le cinéma, le théâtre et la littérature (theatrons.com)

À lire aussi :

Idées versus fiction

Idées et fiction :
attention au mélange !

Idées versus fiction

Tous les romans
sont-ils initiatiques ?

Idées versus fiction

Ni trop ni trop peu
L’équilibre de l’écriture.

Histoire et intrigue

Histoire et intrigue :
Qu’est-ce qui les distingue ?

Envoi manuscrit

Envoi du manuscrit :
Comment le présenter ?

Publication éditeur

Combien de chances
avez-vous d’être édité ?




À lire également :

Les bases


  • Les bases : Comment écrire une bonne histoire (et comment bien faire l’amour).
  • Histoire, intrigue, espoirs et peurs  : Qu’est-ce qui différencie l’histoire et l’intrigue ? Comment construire l’intrigue ?
  • Idées et fiction : La fiction a besoin d’idées, mais pas seulement…
  • Savoir couper : Il est essentiel de savoir gérer le sentiment de perte que représente la suppression d'une partie de texte.
  • Les personnages : Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Vos personnages sont-ils des imbéciles ?
  • Le voyage initiatique du héros : D'un certain point de vue, tous les romans nous parlent du passage de l'innocence à l'expérience.
  • Le public cible : Écrire, c’est communiquer. Votre langue est-elle adaptée à votre cible ?
  • Faites court ! : L’échec du premier roman est un processus parfaitement normal en littérature. Ne faites pas de cette étape une tragédie insurmontable !
  • Vive les bêta-lecteurs ! : Vous pouvez considérablement améliorer votre manuscrit en le faisant critiquer par vos connaissances.

Pour aller plus loin




Page précédente
Page suivante
Conseils d’écriture
 

 

comments powered by Disqus
Aidez les éditions Humanis


Nouveau au catalogue :




Meilleures ventes :